50 milliards d’euros qui dorment et ne servent à rien

Article publié le 6 juin 2013 - Flux RSS

C’est le constat des banquiers devant l’excédent des fonds du Livret A que la Caisse des dépôts n’utilise pas. Cet argent ne sert ni à financer le logement social, ni à aider les banques françaises dans l’application des nouvelles normes européennes bancaires.

Les banques en ont besoin et le font savoir

Depuis trois mois, les banquiers ont entamé une rude négociation avec la Caisse des dépôts afin de recevoir cette somme qui leur fait cruellement défaut. Il faut dire que depuis la hausse du plafond du Livret A et le maintien artificiel de son taux, les Français n’ont de cesse de transférer leur épargne de leur banque vers le livret défiscalisé. Cela s’est traduit directement par un trou de 30 milliards d’euros pour les banques.

Vers un compromis sur 25 milliards d’euros

La Caisse des dépôts serait prête à partager seulement 25 milliards d’euros pour satisfaire la demande des banquiers. En revanche, elle se montre réticente à lâcher une partie des sommes du Livrets A. Elle envisage d’utiliser 15 milliards disponibles sur le fonds du LDD et ne concéderait que 10 milliards sur le fonds du Livret A. Cette contrepartie tient au fait que les banques seraient contraintes de verser une rémunération d’épargne plus importante avec le LDD. Aussi, la Caisse souhaite réduire le taux de la commission accordée aux banques pour la collecte des sommes d’épargne réglementée. Cette commission est jusqu’à présent fixée à 5%. La perspective d’un accord n’est pas encore acquise. Enfin, comme François Hollande avait promis un plafond à 30 600 euros pour le livret A, la Caisse des dépôts pourrait bien encore voir grandir son magot.