Aucune augmentation du taux d’intérêt du livret A

Article publié le 18 juillet 2012 - Flux RSS

Le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer décide de ne pas augmenter le taux d’intérêt du livret A. Ainsi, au 1er août 2012, le livret A affichera toujours un taux de rémunération de 2,25% pour les six prochains mois du 2ème semestre 2012.

La banque de France tient compte de l’évolution des prix

Afin de déterminer le taux d’intérêt du livret A, la Banque de France utilise la formule de calcul déterminée par l’arrêté du 29 janvier 2008. Celle-ci préconise de prendre en compte soit les taux interbancaires, soit l’évolution des prix constatée pendant les six derniers mois. Le plus favorable de ces deux indicateurs étant retenus, l’indice des prix à la consommation sert le plus souvent de base. A ce titre, l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) n’a pas noté d’augmentation en juin 2012. Dans ce sens, Christian Noyer vient d’annoncer le maintien du taux de 2,25%.

Des écarts autorisés avec la réalité

Lors du calcul du taux de rémunération de l’épargne pour le premier semestre 2012, les Français avaient assisté à son maintien malgré l’inflation que l’Insee n’avait pu camoufler. Si le gouverneur de la Banque de France écarte la règle de calcul, la décision revient au gouvernement. Le taux de février 2012 a ainsi été stabilisé en raison de la future stagnation des prix.

Cette fois-ci, Christian Noyer garde la main et utilise bien la formule basée sur l’évolution des prix enregistrée par l’Insee. Cependant, transparaît derrière ce calcul la fragilité du système. Si l’inflation devenait notoire, l’augmentation du taux qu’elle commande rendrait l’épargne réglementée plus attractive que les épargnes de long terme. S’agissant de ne pas déstabiliser l’édifice banque-assurance, il est peu probable qu’une telle formule perdure par ces temps de crise.