Les super livrets constamment en concurrence !

Article publié le 5 juillet 2012 - Flux RSS

Même si le taux du livret A ne devrait pas évoluer au 1er août prochain,  le doublement de son plafond – passant de 15 300 € à 30 600 € – devrait lui permettre de conserver son pouvoir d’attraction auprès des Français. Face à cette réalité, les banques mènent un combat acharné pour attirer l’épargne sur leur « super-livret », moyennant des opérations promotionnelles régulières et compétitives. Un jeu de la concurrence qui profite – pour une fois – aux épargnants français.

3 super-livrets au « top ». En marge des solutions d’épargne réglementées, proposées par l’ensemble des organismes bancaires, la préférence pour un établissement ou un autre se joue sur les super-livrets. Parmi les offres actuelles, trois d’entre elles occupent les premières places du podium : le Compte Epargne Tookam, le Super livret Zesto (RCI Banque) et le Livret BforBank. Le premier propose un taux de rémunération brute de 6 % pendant 3 mois, le second en propose 5,25 % et le troisième est à 5 %. Par contre, à l’issue de la période de promotion, le taux brut chute, respectivement, à 2,80 %, 2,25 % et 2,20 % (correspondant à un taux de 1,69 %, 1,36 % et 1,33 % net d’impôt).

Placements bloqués temporairement. Si vous pouvez vous permettre de bloquer votre argent à court terme, certaines offres sont, actuellement, très intéressantes. A l’image du compte à terme « Solidarité » de Ma Tante (Crédit municipal de Paris) dont le taux est de 3,25 % brut sur un an, dans la limite de 500 000 € déposés. Une offre, par conséquent, aussi attractive que les taux promotionnels des super-livrets de Cortal, Monabanq ou Fortuneo, à 3,30 % brut sur un an mais dont le plafond est, au mieux, de 100 000 € (Fortuneo). Naturellement, si vous êtes disposé à bloquer votre argent un année supplémentaire, soit deux ans au total, le taux de rémunération est à 3,75 % brut soit 2,27 % net (dans la lignée du Livret A).

Face à cette concurrence acharnée des super-livrets, certaines banques ont décidé de se retirer, tout simplement, du jeu. A l’image d’HSBC qui vient de clôturer son Compte épargne direct. En effet, ce produit bancaire, lancé en 2009, n’a connu aucune embellie : sa rémunération a chuté, petit à petit, pour atteindre, aujourd’hui, le faible taux de 1,35 % brut, n’attirant, par conséquent, plus grand monde… Dans cette bataille, les banques, doivent composer avec des produits réglementés encore très concurrentiels, malgré la non-évolution de leur taux. Entre le Livret A, le LDD et le LEP, les Français peuvent associer une épargne disponible avec des taux – nets – (2,25 % net pour les deux premiers et 2,75 % net pour le LEP) supérieurs à ceux des super-livret hors promotions. Par conséquent, et du point de vue de l’épargnant, l’unique solution pour « booster » son capital est de régulièrement le déplacer d’un super livret à un autre. Une démarche, certes payante, mais contraignante…