Pierre Moscovici confirme l’application progressive du doublement du plafond Livret A et l’imminence des premières mesures

Article publié le 25 août 2012 - Flux RSS

Promis par François Hollande lors de la campagne présidentielle, le doublement du plafond du Livret A devrait, selon toute vraisemblance, voir les premières mesures visant à son application être présentées par le Ministre des Finances, Pierre Moscovici, dès le prochain Conseil des Ministres, celui-ci s’étant d’ores et déjà engagés à respecter la promesse formulée par le Président de la République, confirmant ainsi la volonté du chef de l’État de venir en aide aux Français confrontés à des difficultés toujours plus importantes concernant leur logement.

Le doublement du plafond du Livret A appliqué progressivement pour mieux répondre à la demande

Envisagé dans un premier temps sous la forme d’une réforme unique, le doublement du plafond du Livret A devrait, selon toute vraisemblance, avoir lieu de manière plus progressive, un certain nombre de rumeurs faisant état d’une première augmentation de 25 % dans les jours à venir, une seconde réévaluation de 25 % supplémentaires étant prévue avant la fin de l’année, le Livret de Développement Durable, qui pourrait, à cette occasion, être rebaptisé Livret d’Épargne Industrie, voyant, quant à lui, dans le même temps, son plafond passer de 6 000 € à 12 000 €, permettant ainsi, à ces deux solutions d’épargne, d’offrir, au secteur du logement social, et au financement des entreprises, un nouvel apport de capitaux frais, particulièrement bienvenus dans ce contexte de crise économique qui agite l’ensemble de la zone euro.

Une application progressive du doublement du plafond du Livret A répondant aux craintes des professionnels

Ayant soulevé un certain nombre de critiques, notamment de la part des professionnels du secteur financier, le doublement progressif du plafond du Livret A devrait ainsi permettre aux établissements bancaires d’adapter leur politique à ce nouvel élément, ceux-ci ayant, en effet, fait état de leurs craintes quant à cette mesure, alors qu’ils se trouvent déjà confrontés à un certain nombre de difficultés, liées notamment à la conjoncture économique et à l’application prochaine des dispositions des accords de Bâle III, craignant notamment une réorientation massive de l’épargne des Français, au détriment de l’assurance vie, malmenée également par la baisse de rendement des fonds en euros, justifiant ainsi la volonté de Pierre Moscovici de procéder à une réforme progressive et adaptée aux besoins du secteur du logement social.

La Cour des Comptes perplexe face à l’efficacité doublement du plafond du Livret A

Soulignant le faible volume de Livrets A ayant atteint le plafond de 15 300 €, le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a ainsi tenu à souligner le risque que pourrait faire peser une telle réforme sur l’économie, rappelant le fait que la principale difficulté que rencontre aujourd’hui le secteur du logement social reste le manque d’espace constructible, appelant alors le gouvernement à une plus grande prudence dans la mise en place de la réforme, celui-ci se trouvant rejoint par la Cour des Comptes, qui a ainsi clairement fait part de ses doutes concernant cette mesure, dont l’impact devrait, selon elle, rester limité, cette dernière préconisant plutôt la fiscalisation des sommes dépassant le seuil de placement de la solution favorite des Français.